Llamadas del XXII Capítulo General

 


 



 


Conectarse

Hermanos maristas

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Foto de hoy

Brasil: Nanci Alexandra Prochnow y Francisco Decezaro hacia Rumania (LaValla200>)

Hermanos maristas - Archivo de fotos

Archivo de fotos

 

Últimas novedades


FMSI


Archivo de novedades

 

Calendario marista

23 febrero

Santos: Policarpo, Florencio y Marta
1942: muere en Saint-Genis-Laval el H. Diogènes, 6º Superior general

Calendario marista - febrero

Hermanos fallecidos

 
2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018

H. Richard Chabot

 Nombre religioso: Eugène-Richard
Fecha de la muerte: 08/06/2012
Lugar: Canadá
Provincia: Canada
Edad: 82FMS
Leer el documento enviado por la Provincia


6 avril 1930 – 8 juin 2012
décédé à l’infirmerie de Château-Richer à l’âge de 82 ans et 2 mois, dans sa 64e année de vie religieuse

Lors des Noces d’Or de vie religieuse de notre confrère Richard, en 1998, le chroniqueur de l’époque le présentait comme « un serviteur dynamique et joyeux de sa Famille religieuse et de l’Église », qualités qui l’ont marqué tout au long de sa vie et jusque dans la maladie des dernières années.

Né à Québec le 6 avril 1930, c’est en fréquentant l’école Champagnat, à Montréal, qu’il vécut ses premiers contacts avec les frères maristes. L’exemple entraîne : on le retrouve donc dans les maisons de formation dès 1943. Après ses études préparatoires à l’enseignement, il consacre une vingtaine d’années dans différentes écoles du Québec, jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel de l’Afrique qui l’attirait depuis longtemps. Après une année de perfectionnement de l’anglais à New York, il part pour l’Afrique du Sud en 1972. Tout en enseignant dans différentes écoles, il découvre les injustices de l’apartheid et, avec la permission des supérieurs, il consacre une dizaine d’années au service des Noirs désinstallés de leurs milieux pour faire place aux Blancs. En 1994, il revient définitivement au Canada : c’est à Rawdon qu’il continuera à servir à  l’accueil au Camp Mariste et à la résidence principale de la communauté.           

Son état de santé se détériorant, le frère Richard fut admis à l’infirmerie d’Iberville en 2008. Il fut un bénéficiaire agréable à soigner, à l’allure toujours digne, docile et peu exigeant, ne se plaignant jamais et toujours souriant avec le personnel et les confrères. En ce sens, il a actualisé cette pensée de Anne Barratin : « Le silence dans la souffrance, c’est l’homme fort ; la sérénité dans la souffrance, c’est le saint. »